Découvrir Gometz

 

Gometz-la-Ville

dans la
Communauté de Communes du Pays de Limours


Gometz-la-Ville, Communauté de Communes du Pays de Limours

SITUONS-NOUS

Superficie : 986 ha soit 9,86 km2
Population : 1467 hab. au 1er janvier 2017.
Densité :  148.hab / km2
Habitants : Les Gometziens
Cours d'eau : Ruisseau de la Salmouille
Canton : Limours
Arrondissement : Palaiseau
Département : Essonne
Code postal : 91400
Communauté de Communes du Pays de Limours
Parc naturel de la Vallée de Chevreuse

Les armes de Gometz-la-Ville se blasonnent : Parti d'or et de gueules à la fusée brochante, posée en pal, accostée de deux fleurs de lys et chargée d'une croix patriarcale, le tout de l'un en l'autre.


La commune s'est en outre dotée d'un logotype représentant du coté gauche, la silhouette du clocher de l'église de Gometz-la-Ville, et du coté droit, un Aérotrain stylisé, sur son rail en T inversé caractéristique.

Les Armes de Gometz-la-ville



Gometz-la-ville


Gometz-la-Ville, commune située à 26 km au
sud-ouest de Paris, est un pays de grande culture qui s'étend essentiellement sur un plateau légèrement ondulé, bordé, au nord, par la vallée de l'Yvette. L'altitude varie de 156 à 176 m mais une brusque plongée atteint la cote 92 au bas de la côte de la Gruerie.

Constitué de calcaire d'Etampes et d'argile à meulière de Montmorency, le plateau, très humide, qui a été drainé pour les cultures, est recouvert d'un limon dont l'épaisseur, variable, donne au terroir sa fertilité.
Sables et grès de Fontainebleau affleurent au flanc de la vallée où poussent chênes et châtaigniers du bois de Vaugondran.

La meulière a fourni les pierres des maisons d'où la présence de nombreuses excavations, occupées par des mares qui ont été longtemps le seul moyen de s'approvisionner en eau.

Cours d'eau bien modeste, affluent de l'Orge, la Salmouille sourd d'un fossé creusé dans le thalweg de Taillis-Boudries qui draine les eaux de ce qui était autrefois la prairie de Gometz-la-Ville.

La Salmouille entre les jardins L'agriculture, principale ressource du pays, a beaucoup évolué. Jusque vers les années 1960/65, les agriculteurs et les artisans composaient l'essentiel de la population ; les ouvriers agricoles  et les artisans disparaissent au cours des années 1960. Les fermes d'élevage ont également disparu. Gometz produit toujours en quantité céréales et oléagineux, mais pour préserver la rentabilité, les agriculteurs ont dû étendre leurs surfaces d'exploitation. D'autres formes de culture se sont développées : maraichage et pépinières.

A l'époque de la Révolution, Gometz-la-Ville comptait 250 habitants. En 1890 : 296, en 1990 : 889, 2003 : 1 000 et en 2010 : 1271.

Plan de Gometz-la-ville
Situé à la limite nord de la commune, le bourg, que traverse la route de Chartres, a vu son importance accrue par la réalisation de programmes immobiliers, tout en préservant le caractère rural du village.

Les ¾ de la population y habitent et des entreprises y ont créé les emplois que l’agriculture ne fournit plus.

Le reste de la population est réparti dans les hameaux : Beaudreville, Mauregard, La Vacheresse et le fief Blanchard, Ragonant, La Folie Rigault et la Guépinerie, la Gruerie à la limite du quartier de la gare RER de Courcelle-sur-Yvette à Gif-sur-Yvette.

Les Hameaux de Gometz-la-villeMalgré les progrès de l’urbanisation, Gometz-la-Ville s’est préservèe de larges espaces où l’homme reste en contact avec la nature, une vaste plaine où le clocher de l’église, vers lequel convergent les routes, apparaît comme le point de ralliement des habitants dispersés.

L’urbanisation du bourg a débuté à partir de 1960, par la construction d’une vingtaine de maisons à la Grande Garenne, puis en 1971/72, la Vigne à Perron avec 55 maisons et une nouvelle école, en 1980/81, les 63 maisons du Domaine de Montvoisin  avec les artisans et entreprises de la zone artisanale attenante et la construction du Foyer rural, pendant les deux décennies suivantes, quelques résidences : Saint Germain (1987), le Bois Charron (1989), le Tabouret (1989/90), le Clos de la Boulaye (1992). Ces quelques programmes immobiliers n’ont pu enrayer un recul démographique qui mettait en péril le nombre de classes de notre école.

L'église entre champs et bourg, Gometz-la-villeUne ligne de bus au départ de Limours permet de relier la Gare RER d’Orsay. Voir rubrique « Transport »

En 1995, Gometz-la-Ville a développé un Comité de Jumelage avec le village anglais de High-Ham (Somerset). Voir rubrique « Sports, Culture et Loisirs », Comité de Jumelage.

Gometz-la-VilleEn 2001, sous l’impulsion du nouveau Maire, Bernard Jacquemard, un vaste programme de croissance a été défini pour aboutir à la création d’une ZAC, zone d’aménagement concerté, à la transformation d’immeubles communaux en logements sociaux et à l’élaboration du PLU, plan local d’urbanisme, qui remplace l’ancien POS et fixe ainsi les nouveaux objectifs d’urbanisation de la commune tout en préservant le caractère rural de Gometz-la-Ville.

Depuis le 1er janvier 2002, Gometz-la-Ville fait partie de la Communauté de Communes du Pays de Limours.

Une Communauté de Communes est un regroupement volontaire de plusieurs communes pour réaliser en commun certaines actions que ne pourraient pas exercer une commune isolée. Un regroupement auquel Gometz-la-Ville adhérait, existait en tant que District depuis 1964 avant la transformation en Communauté de Communes avec une extension de ses possibilités d’actions.

La Communauté de Communes, la CCPL, regroupe actuellement 14 communes : Angervilliers,  Boullay-les-Troux, Briis-sous-Forges, Courson-Monteloup, Fontenay-les-Briis, Forges-les-Bains, Gometz-la-Ville, Janvry, Les Molières, Limours, Pecqueuse, Saint-Jean-de-Beauregard, Saint-Maurice-Montcouronne, Vaugrigneuse.

Pour connaître les statuts et actions de la CCPL, visitez son site : http://www.cc-paysdelimours.fr/

Le tunnel de la déviationEn 2003, après deux années de travaux dans la tranchée de la  voie de l’aérotrain (voir rubrique « Un peu d’histoire »), la déviation-tunnel de Gometz-la-Ville, financée par le Conseil général de l’Essonne, a été inaugurée. Cette déviation de la route de Chartres par un tunnel de 600m améliore la circulation routière dans le centre bourg.

Elle prendra toute son efficacité quand la route de Briis-sous-Forges lui sera reliée. Nous sommes en 2011 et attendons toujours !

Depuis 2006,  près de 90 maisons ont été construites, formant ainsi de nouvelles allées dans le centre-bourg : l’allée du Lavoir, l’allée du Verger, l’allée de la Pépinière, le Clos du Village,  l’allée de Blanzay, et bientôt, l’allée des Blés.

Allée des Blés, Gometz-la-ville

Allée de la Pépinière, Gometz-la-ville Allée du Verger, Gometz-la-ville
Allée de Blanzay, Gometz-la-ville Clos du village, Gometz-la-ville Allée du Lavoir, Gometz-la-ville

En 2009, la zone d’activités des Trois Quartiers et ses nombreux commerces dont un supermarché dynamise la commune.

En 2008, un restaurant scolaire a été construit. En 2011, le groupe scolaire « Ingénieur Jean Bertin » s’est agrandi et compte maintenant 7 classes, 2 maternelles et 5 élémentaires, avec plus de 180 élèves.

Par la volonté du conseil municipal et des enseignantes, l’école a pris le train du modernisme avec deux classes numériques comptant 30 ordinateurs et un tableau numérique.

En 2010, le conseil municipal a voté la demande d’adhésion de notre commune au Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse. Par sa charte, le PNR met en œuvre toutes les dispositions nécessaires à la protection de notre patrimoine architectural et environnemental.  L’adhésion sera officielle fin 2011.

Découvrez toutes les activités du PNR sur son site : www.parc-naturel-chevreuse.fr

En 2011, ont été inaugurés quatre nouveaux logements sociaux dans la maison communale de Beaudreville (12 sur la commune), une sente piétonne avec un parcours de santé derrière l’allée du Verger, la réfection du cimetière et notre nouveau site internet où vous pourrez continuer à vous approprier la vie gometzienne dans le temps, en suivant son évolution sur le thème : le respect de notre cadre de vie et de l’environnement.